Une belle initiative, un article optimiste du Monde et quelques pistes pour lire en français cet été !

Partir en Livre, c’est quoi ?

Souhaitée par le ministère de la Culture, Partir en Livre, la grande fête du livre pour la jeunesse, est organisée par le Centre national du livre, avec la participation du Salon du Livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis.

Avec Partir en Livre, manifestation nationale, gratuite, populaire et festive, le livre sort de ses lieux habituels pour aller à la rencontre des enfants et des jeunes pour leur transmettre le plaisir de lire. Les invitations à lire sont multiples et variées partout en France.

La 5e édition de Partir en Livre : du 10 au 21 juillet 2019 !

La programmation de Partir en Livre se décline en diverses initiatives originales et variées rendues possibles grâce à une mobilisation très large des professionnels, du monde associatif et de nombreux partenaires, publics et privés.

Les livres et les jeunes : la situation n’est pas désespérée

La pratique de la lecture est en baisse chez les 15-25 ans : en cause, Internet et séries télé. Mais ce qu’ils lisent, c’est surtout pour leur plaisir.

Jeunes lecteurs.

C’est une rengaine décliniste entonnée depuis des lustres. « Les enfants ne lisent plus (…). Leurs loisirs sont occupés par les sports, et aux moments que les sports leur laissent, par la lecture des journaux », déplorait, le 25 février 1909, un éditorialiste de L’Ouest-Eclair. Déjà, dans l’Antiquité, Sénèque accusait les voyages de détourner la jeunesse de la lecture. Tour à tour, au fil des ­siècles, ont été pointés du doigt pour leur concurrence déloyale les activités physiques, la télé­vision, l’écoute de la musique, les jeux vidéos, aujourd’hui les ­réseaux sociaux. Si la longévité et la plasticité de cette antienne peuvent prêter à sourire, l’érosion de la pratique de la lecture chez les jeunes (mais pas seulement) est un constat consolidé enquête après enquête.

Une étude de juin 2018, commandée par le Centre national du livre (CNL) et confiée à l’institut Ipsos, révèle que, pour les 15-25 ans (désignés comme « jeunes adultes »), la lecture ne se hisse plus qu’au neuvième rang des activités qu’ils pratiquent tous les jours ou au moins une fois par semaine (à mettre en regard des 15 heures hebdomadaires passées en moyenne sur Internet, prioritairement sur leur smartphone). Toutefois, seulement 5 % d’entre eux se contentent de lire dans le cadre scolaire ou professionnel.L’heure n’est donc pas au désespoir : 86 % de ces 15-25 ans lit environ 13 livres par an, dont 9 sur le temps de loisir. Les filles le font plus volontiers par goût personnel que les garçons : 3 livres de plus par an et 1 h 40 hebdomadaires en sus. 35 % des jeunes adultes lisent des livres numériques, 13 % écoutent des livres audio (majoritairement en faisant autre chose), et ils sont nombreux à lire dans les transports. D’autres chiffres sont encourageants : les livres représentent presque la moitié des dépenses (42 %) effectuées par les jeunes de 18 ans qui expérimentent actuellement le Pass culture (soit 500 euros à dépenser dans des activités culturelles) dans cinq départements pilotes.

Crise de la lecture, d’abord chez les adultes

En outre, la littérature jeunesse est l’un des très rares secteurs de la librairie qui se porte bien. En matière de romans (57 % de leurs lectures), les jeunes adultes, sensibles aux prescriptions de leurs amis pour la moitié d’entre eux, sont éclectiques : fantas­tique, science-fiction, polars, ­thrillers… Sans oublier la bande dessinée et le manga, dont les ventes restent stables. S’il faut identifier une crise de la lecture, c’est d’abord chez les adultes qu’elle sévit. « Aujourd’hui, les séries télé, avec des offres comme celles de Netflix, proposent une excellente qualité en termes de fiction. Et il semble que de plus en plus de Français choisissent la fiction des séries au détriment des ­fictions littéraires », estimait, le 27 juin, Pierre Dutilleul, directeur général du Syndicat national de l’édition (SNE), après avoir constaté une baisse des ventes en littérature générale (– 5,70 %) en 2018. « Netflix est notre principal concurrent », concluait-il. Au Royaume-Uni, où la plate-forme vidéo compte dix millions d’abonnés, les ventes de roman ont décru de 9 % en 2018. Or moins les parents lisent, moins les enfants sont incités à faire de même.

Jusque dans les années 1950, une majorité d’adolescents issus des classes populaires entraient en apprentissage ou dans la vie active dès l’âge de 14 ans. Les poli­tiques publiques se souciaient peu qu’ils lisent ou non. Cette année, les jeunes des quartiers défavo­risés constituent la cible privi­légiée de Partir en livre. Une ­période propice pour leur faire découvrir le meilleur de la littérature jeunesse, les divertir avec des rencontres, des ateliers et des lectures à haute voix, eu égard au fait qu’un enfant sur trois ne part pas en vacances.

Sur ce site, Plus de 6000 livres audio gratuits !

Sur YOUTUBE, vous pouvez écouter, par exemple, « l’étranger » d’Albert Camus, lu par Camus lui-même !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.