La pandémie vue par les français à l’étranger

De New York à Canton en passant par Téhéran, les expatriés racontent leurs conditions de vie alors que l’épidémie de Covid-19 frappe la planète.

Depuis le début de la crise du Covid-19, nous avons interrogé des Français vivant aux quatre coins du monde. Baroudeurs, expatriés installés dans leur pays d’adoption depuis des années, célibataires, en famille… les situations sont toujours très différentes. Mais les éclairages qu’ils nous donnent nous permettent de mieux comprendre comment la pandémie est vécue ailleurs.

L’expérience des premiers confinés

À Singapour, le Covid-19 est arrivé dès le mois de février. Mais le gouvernement a décidé de ne pas imposer de confinement généralisé. Sur place, plusieurs Français disent se sentir plus en sécurité qu’en France, car le pays a su tirer les leçons de l’épidémie de Sras en 2003.

À Singapour, dans un centre commercial, le 27 mars 2020. Photo Reuters/Edgar Su TPX Images of the Day
à Singapour

“Nous nous sentons plus en sécurité à Singapour qu’en France”

Face au coronavirus, Singapour a su réagir très vite avec une série de mesures radicales, mais en évitant le confinement généralisé de la population. Une stratégie qui jusqu’à présent a bien fonctionné, rapportent les expatriés français.

À Rome, Sophie Landau nous racontait, dès le 16 mars, date de l’annonce du confinement en France, ce qui risquait de se passer dans l’Hexagone, car elle vivait déjà confinée en Italie. Elle évoquait une nouvelle perception du temps et des sentiments et se demandait comment tenir :

La vue de la fenêtre de Sophie Landau à Rome. PHOTO Sophie Landau
à Rome

Sophie Landau est une expat française. Enseignante et aussi serveuse dans un bar, elle vit à Rome avec son compagnon italien. Elle raconte la vie en quarantaine : les tensions, l’angoisse mais aussi la solidarité.“Pour la première fois, je me suis sentie italienne”. Moi, durant ces cinq derniers jours, dans cette ambiance de fin du monde, je me suis pour la première fois sentie italienne, et j’en suis fière.

En Argentine, où le confinement est de mise, plusieurs Français, dont Benjamin et Clémence, se sont retrouvés à devoir vivre cette période à la belle étoile, dans un camping pour l’un et dans un jardin particulier pour l’autre… Des expériences étonnantes et enrichissantes.

 PHOTO Bhossfeld / Pixabay / CC
En Argentine

Jusqu’à cinq personnes dans des “cabanas”. Un peu d’espace vert pour se dégourdir les jambes et prendre l’air, une grande salle commune avec une cuisine. Le tout gardé par un homme armé 24 heures sur 24. Pour ce qui est de la nourriture, elle est à nos frais. Nous commandons en envoyant un message à l’épicier du village via WhatsApp et il nous apporte nos vivres devant le portail, masqué et ganté.

Et en France ?

Témoignage en vidéo avec Damien, éducateur spécialisé à Roanne (Loire)

Roanne: Toutes les informations sur la commune

Vous voulez témoigner et nous présenter votre confinement (en français !) ? N’hésitez pas à m’envoyer votre vidéo à l’adresse suivante : emmanuel.deux@institutfrancais.it !!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.