L’invité de 8h20 : le grand entretien

L’invité de 8h20 est la rubrique centrale de 7/9 de France Inter. L’invité est très souvent un homme politique qui vient débattre de questions d’actualité. Je vous propose d’écouter Christophe Castaner qui était l’invité de l’émission le 14 avril 2020. Il s’agit d’un bon exercice d’écoute pour vous entraîner au DALF. Ecoutez puis vérifiez votre compréhension à l’aide de la transcription ci-dessous (jusqu’à 9 :54).

Le 7/9 par Nicolas Demorand, Léa Salamé - France Inter

Pour écouter l’interview : ICI

Christophe Castaner

TRANSCRIPTION

1.Emmanuel Macron a tranché pour le 11 mai. Pourquoi ce choix du 11 mai comme date du début de la fin du confinement et pas le 20 mai ou le 4 mai? 

« Le président de la République a beaucoup consulté, il a échangé avec des scientifiques, des acteurs économiques, syndicaux, et cette date du 11 mai (date d’objectif) a été retenue. Ce qu’il a annoncé, ce n’est pas le déconfinement le 11 mai, c’est le confinement jusqu’au 11 mai. N’oublions jamais que tout l’enjeu est de réussir le confinement. Il y a une condition pour cela, c’est la discipline et le respect du confinement. Le combat pour ralentir la propagation du virus.

2.Vous dites que c’est un objectif pas une certitude. Quelques précisions concernant le calendrier. E. Macron a parlé d’un déconfinement progressif, est-ce à dire que toutes les régions commenceront le déconfinement le 11 mai ? Les crèches, écoles du grand Est ouvriront le 11 mai ou c’est pas sûr?

– Le gouvernement présentera d’ici 15 jours le plan après 11 mai et il prendra en compte toute c’est problématique là, car la vérité d’aujourd’hui n’est pas celle de la semaine prochaine, et c’est sur ces bases médicales que le gouvernement présentera un plan d’action précis.

3. Le coiffeur, magasins, fleuristes seront-ils ouverts le 11 mai ? sont-ils concernés ?

L’objectif est d’élargir la réouverture de tous les magasins au-delà de l’alimentaire, mais exclure les restaurants, café qui sont des lieux de forte promiscuité. Et c’est d’ailleurs les lieux qui nous manquent le plus et je sais la difficulté du confinement et notre objectif est que ces commerces-là puissent être ouverts.

4. Et hôtel/restaurants, la date prévue est juillet ?

La date n’a pas été fixée, cela dépendra de notre capacité à avoir gagné notre combat contre le virus, mais nous le gagnerons provisoirement parce que ce combat est un combat à mener sur le long terme.

5. Les personnes âgées sont invitées à rester chez elles après le 11 mai. A partir de quel âge est-on âgé ? Ce sera une un confinement conseillé ou obligatoire ? Et si obligatoire jusqu’à quand ?

– Pour l’instant ça n’est pas déterminé, nous allons y travailler, il n’y a pas une question d’âge dans la fragilité, on peut être fragile à 60 ans et en pleine forme à 70, s’il y a des problèmes pulmonaires il faut éviter ces contacts, donc oui déconfinement en étapes et les personnes plus fragiles auront plus de contraintes.

6. Sur les personnes âgées, E. Macron a demandé aux hôpitaux et maisons de retraite d’autoriser les visites des proches en fin de vie pour leur dire adieu, mesure humaine s’il en est, mais qu’est-ce que cela signifie exactement : combien de personnes seront-elles autorisées dans les chambres, à quelle fréquence et seront-elles suffisamment équipées ?

– La doctrine n’est pas appliquée partout, il est déjà possible, là où cela ne pose pas de problème, 1 par 1 d’aller visiter le parent ou la personne que l’on veut accompagner. C’est déjà prévu aujourd’hui, c’est plus compliqué dans les EPHAD, donc il faudra organiser spatialement l’espace de ces visites, certains hôpitaux l’ont déjà mis en place et nous allons nous inspirer de cela et nous créerons une règle applicable partout

7. A partir de quand ? maintenant ou c’est pas déjà prêt ?

– C’est déjà possible aujourd’hui mais ce n’est pas en vigueur partout, nous sommes en capacité d’accueillir 1 membre de la famille 1 par 1 qui peut vouloir accompagner dans ce moment de fin de vie la personne qui va nous quitter mais c’est le cas des représentant des cultes, nous l’avions pris en compte pour permettre aussi si certaines personnes le souhaitent d’être accompagné d’un représentant du culte de leur choix.

8. Emmanuel Macron a promis de tester toutes personnes présentant des symptômes. Mais on sait tous la difficulté tant les symptômes sont larges et vagues. Alors on teste dès la première toux, dès la perte d’odorat, dès une montée de fièvre ??

– Je ne suis pas médecin et ne me demander pas comment détecter le coronavirus mais les médecins le savent et il faut faire confiance aux médecins pour que ce soit à ce moment-là eux qui disent « oui, il faut faire le test moléculaire parce que vous avez une présomption de maladie», ce qu’il ne faut pas c’est imaginer que chacun puisse faire des tests dans le mesure où plus de 95 % de la population seront négatifs et il faudrait faire le test presque tous les jours.

9. Qu’en sera-t-il pour les personnes asymptomatiques ? Elles ne seront pas testées ?

Je pensais avoir répondu parce que si l’idée c’est de se tester presque tous les jours parce qu’on est en risque tous les jours, il faudra imaginer des tests sérologiques dont, et madame Lacombe qui était votre invité ce matin le disait, la limite de ces tests-là [elle disait qu’ils n’étaient pas forcément fiables]  ce qui compte c’est que toute personne susceptible d’avoir le covid 19 puisse être testé et c’est l’engagement pris par le président de la République.

10. Quand E. Macron dit que cela n’a pas de sens de tester tous les français, ça n’a guère de sens ou il faut comprendre qu’on est pas capable de tester tous les français ?

– Je pensais avoir déjà répondu deux fois, mais je vais le refaire. Je ne veux pas négliger les pénuries. Il y a des pénuries mondiales sur toute sorte de sujet et ça fait partie des données que nous devons prendre en compte et nous en prenons compte ; mais nos politiques ne sont pas construites sur les pénuries, elles sont construites sur un objectif sanitaire de retrouver et de préserver la santé de tout le monde.

Aujourd’hui il est nécessaire de faire un test dès lors qu’il y a un risque par contre imaginer que l’on teste tous les français tous les jours, ce serait peut-être quelque chose qui répondrait à une attente médiatique mais ça ne répond pas à une attente médicale

11. Il y a une question sur l’après, quand on sera testé si on est testé positif, que ferons-nous des personnes testées positives à partir du 11 mai ; E. Macron dit qu’elles seront mises en quarantaine et prise en charge : où est-ce que vous le savez déjà, dans des hôtels ?

Ça fait partie des possibilités que nous retenons, en France et en particulier dans les TOM c’est ce que nous faisons, réquisitionner des hôtels ou des centres de vacances au sein desquels nous mettons en quarantaine et nous accompagnons des gens qui arrivent sur le territoire. Donc demain en fonction de la proportion, en fonction des français qui résident à l’étranger et qui veulent rentrer en France nous préparons des réponses systématiques.

12. Première question sur le tracking, c’est-à-dire le traçage des français à travers leur téléphone portable en période de déconfinement, le président n’a pas tranché et il demande un débat au préalable au parlement, quand aura lieu ce débat ?

La date n’est pas fixée parce que la technologie en elle-même sur laquelle la France et d’autres pays travaillent n’est pas à jour ni d’actualité, mais ce sont les grands principes que le président à rappeler : volontariat, respect des données personnelles, associer tous les acteurs, dont évidemment le parlement, mais aussi les responsables comme ceux de la CNIL qui nous donneront un éclairage qui doit préserver la sécurité et la liberté de chacun de nos concitoyens.

13. Sur le tracking, vous semblez avoir évolué C. Castaner, vous y avez plutôt été défavorable en disant que ce n’était pas dans notre culture française de tracer les individus sur leur téléphone portable et puis quelques jours après, vous avez semblé y être favorable en disant que s’il y a des garanties suffisantes cette mesure sera retenue. Où en êtes-vous aujourd’hui, vous comme ministre de l’intérieur, quelle est votre conviction quelle position défendez-vous sur la question du tracking ?

Souvenez-vous je vous ai déjà répondu à propos du tracking pour le confinement et je vous ai répondu que je faisais confiance aux français et j’ai bien fait car les français montrent leur intelligence et le respect massif des règles du confinement mais ensuite s’il s’agit de suivre individuellement et de pouvoir dénoncer tel ou tel, personne aujourd’hui ou presque n’y est favorable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.