Les « fautes » de français

Dans son émission « Grand bien vous fasse » sur FRANCE INTER, Ali Rebeihi et ses invités analysent très souvent la langue française et ses particularités. Et pour cause : les français ont un rapport passionnel avec leur langue !

Pourquoi sommes-nous si hantés par « les fautes de français » ?

Jules Michelet disait que « l’histoire de France commençait avec la langue française ». Ce lien historique très fort que nous partageons avec le français en aurait codifié l’usage, connu pour être conservateur, culpabilisateur, réducteur et parfois stigmatisant. Explications au micro d’Ali Rebeihi.

Les effets pervers de l’exigence de la langue française

Le linguiste Bernard Cerquiglini fait remarquer cette singularité linguistique en rappelant que « si en mathématiques, nous faisons « des erreurs » lorsque nous nous trompons, en français on fait forcément « des fautes » d’orthographe, de grammaire… C’est comme s’il y avait une relation religieuse avec la langue qui fait que la moindre erreur d’expression se reporte systématiquement au péché ».

Une exigence linguistique est induite dans notre esprit, un curieux réflexe qui conduit chaque personne à se reprendre immédiatement, parce que, d’après Julie Neveux « bien s’exprimer en français reste un automatisme naturel profondément ancré en nous depuis longtemps, et cela installe, en arrière-fond, une pression sociale intériorisée, générée par un état de jugement permanent propre à notre culture linguistique ».

Mais si c’est une singularité propre à la langue française, celle-ci a le don pour nous faire constamment douter, tout particulièrement à l’écrit, quand elle n’est pas culpabilisante, stigmatisante voire discriminante… En effet, Louise Cunéo déplore que « mal s’exprimer en français peut avoir des conséquences dramatiques socialement, précisément dans l’univers professionnel ». Elle cite un sondage Ipsos pour le Projet Voltaire qui révèle que trois employeurs sur quatre jugent rédhibitoires les difficultés à l’écrit de leurs salariés, quatre sur cinq ne les tolèrent pas à l’oral, ou sur les CV.

Les trois linguistes regrettent ainsi que ce drôle de rapport que nous entretenons avec les règles orthographiques en français alimente des attitudes stigmatisantes et discriminantes quand elles conduisent « un recruteur à déconsidérer, dévaluer les personnes qui maîtrisent mal l’orthographe. Pour de nombreux Français donc, « l’utilisation de la langue révèle la condition sociale, le niveau de culture scolaire, et conditionne un degré de respectabilité » qui ne devrait avoir aucun lieu d’être ».

Bernard Cerquiglini renvoie cette obsession des fautes au rapport scrupuleux et exigeant de la langue de Molière qui a, pour beaucoup, été conditionné par « le rôle d’une Académie française autrefois plus prescriptrice et normalisatrice qu’aujourd’hui ». Le poids de son influence normalisatrice, en délivrant le bon usage de la langue, a fortement imprégné les mœurs linguistiques françaises puisqu’on récolte, comme l’affirme Julien Soulié, « plein de règles, de décisions linguistiques, une sorte de mythologie autour de la langue française, avec une grammaire qui s’est construite essentiellement sur l’écriture. Nous héritons d’une espèce de jacobinisme linguistique, de centralisation très forte du français, notamment autour du français parisien qui apparaît comme la norme standard, qui suscite beaucoup de résistances aux variations et à la diversité de la langue ».

Autant de divisions linguistiques qui montrent combien notre langue a toujours été irriguée par un sens affectif très fort de notre part, mais qui retombe insidieusement sur nous lorsque nous faisons des fautes à l’écrit comme à l’oral ou quand nous adoptons de nouveaux usages liés aux nouvelles réalités d’une époque.

source : projet Voltaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.